Overblog
Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 janvier 2015 4 01 /01 /janvier /2015 08:29

 

J'ai déménagé !!

 


 

 

Le 17 mars 2009 s'ouvrait Le journal de Vegas sur sarthe, mon blog sur Overblog.

J'y ai publié environ 1250 articles et reçu pas moins de 29 000 visites ponctuées de vos aimables commentaires, mais ça c'était avant...

 

avant que je ne décide de migrer vers un nouvel environnement.

Désormais vous pourrez retrouver Le journal de Vegas sur sarthe sur Blogger à l'adresse suivante :

 

http://vegas-sur-sarthe.blogspot.com

 

 

 

J'y ai réinstallé la plupart des articles précédents.

J'espère aussi vous y retrouver avec toujours autant de plaisir.

Alors, à très vite sur la nouvelle page du Journal  

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe
commenter cet article
28 décembre 2014 7 28 /12 /décembre /2014 13:00

Publié sur le site MilEtUne Histoires d'après la photo suivante 

 

ob_6009ea_pasarela-en-butanta-2-jpg-wiki-common.jpg


 

Scusez-moi... vous descendez à la prochaine?”

Quelle question! Je descends quand je veux... qui je veux et comment je veux”

Euh... c'était juste pour savoir si j'peux m'faufiler devant vous pour descendre à la prochaine?”

Ah? Vous descendez vous aussi... donc, on serait deux à avoir un contrat ce soir?”

Un contrat? Quel contrat?”

Parce que vous descendez sans contrat, vous? Vous seriez pas en train de marcher sur mes plates bandes par hasard?”

Si j'ai marché sur quelque chose... je m'excuse! J'voudrais juste me faufiler pour descendre à Bonfiglioli”

Quand vous dites A. Bonfiglioli... vous parlez d'Alberto ou d'Alexandro?”

J'parle juste du prochain arrêt, çui de l'avenue Bonfiglioli, j'connais pas l'prénom”

Vous êtes gonflé! Vous descendez les gens sans connaître leur prénom? Mais vous êtes un danger public! Vous déshonorez la profession!!”

Vous fâchez pas, Senor... j'veux juste descendre au prochain arrêt si ça vous dérange pas”

Vu que ça me dérange on va faire la chose suivante: on va descendre ensemble et vous me montrerez votre A. Bonfiglioli... O.K?”

Euh... si vous voulez, mais c'est juste une avenue comme les autres sauf qu'elle abrite la Banque du Brésil”

Je vois... vous faites dans la banque. Moi j'ai arrêté en 2005 après un braquage manqué.

Vous avez dû entendre parler du casse du siècle... Madre de Dios! Creuser quatre vingt mètres de tunnel et tout ça pour se faire piquer le pognon par des flics ripoux!”

Euh non... j'descends là pour m'occuper du DAB”

De quel dab? Du padre Bonfiglioli?”

Euh, non... du distributeur automatique de billets”

Jogador pequeno!! Petit joueur! Vous manquez d'ambition mon vieux. Vous êtes bien équipé au moins?”

Euh... comme tous les réparateurs de DAB, j'ai ma mallette avec de quoi souder et dessouder aussi, enfin tout l'bazar habituel quoi”

Et vous utilisez quoi pour dessouder? Smith & Wesson? Beretta?”

Euh... c'est un cent watts en deux cent vingt volts, enfin je crois”

Je connais pas le taser mais faites gaffe quand même, y sont équipés en face! Vous êtes couvert au moins?”

J'ai une bonne police, Senor”

C'est pas un peu léger une pelisse par les affronter”

Vingt degrés en décembre à Sao Paulo... c'est pas l'pôle Nord non plus et pis dessous j'ai ma cotte”

Une cotte de maille? Ça doit être lourd à porter”

Question d'habitude. C'est l'uniforme de la profession. Vous savez, on salit beaucoup”

Je connais. On a beau faire gaffe, on laisse toujours des vilaines traces partout où on passe, et c'est pas facile à récurer.”

Tiens! J'crois que j'vais bientôt être arrivé!”

Ouais... vous voulez que j'arrête le chauffeur ici ou vous attendez la station?”

Euh... ici ça s'rait génial, mais je...”

 

(Blam... Blam)

 

Euh... bon, ben j'ai plus qu'à descendre...”

Vous fatiguez pas. C'est déjà fait”

Bon... alors, au revoir... Senor”

Adios! Et bien le bonjour à votre Bonfiglioli!”

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mille et une histoires
commenter cet article
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 07:00

Publié aux Défis Du Samedi pour qui les bons contes font les bons amis 

 

  100999628_o.jpg


 

Chaque année à la même période, la Chose revenait où on l'attendait le moins.Nul ne savait qui apportait la Chose pour la déposer dans les endroits les plus improbables.

Les spéculations allaient bon train au village et - trois jours avant Noël - on ne comptait plus ceux qui avaient aperçu la Chose au cimetière, dans le champ du Matthieu ou encore sous le préau de l'école communale.

Nous autres - libérés pour deux semaines de toute obligation scolaire - courions aux quatre points cardinaux pour être les premiers à vérifier si la Chose était enfin arrivée.

Celui qui verra la Chose le premier vivra le plus beau jour de sa vie” répétait le vieux Simonot qui en avait vu d'autres.

On ne savait pas quels autres il avait vu mais le bout de sa canne pointé au ciel achevait toujours de nous convaincre.

C'est Bébert qui avait eu envie d'aller voir par hasard si la Chose n'avait pas atterri au lavoir mais comme j'avais eu la bonne idée de couper par la ruelle de la Célestine, j'arrivai bien avant la meute des copains, aiguillonné par les rugissements du molosse de ladite Célestine.


Et elle était là... pas la Célestine mais la Chose.

J'ai d'abord cru à un nuage, un gros nuage bleu comme l'indigo dont les femmes teintaient les draps, les jours de grande lessive.

Et puis en m'approchant je les ai reconnus... des dauphins ailés comme ceux de mes livres de coloriage sauf que ceux-là scintillaient de mille étoiles.

Comme la meute des copains se rapprochait en hurlant je me dépêchai de répéter la phrase magique du vieux Simonot qui en avait vu d'autres:Çui qui verra la Chose le prem's vivra le plus beau jour de sa vie”.


 

Alors le bruit de la meute lancée sur mes traces cessa d'un coup et le plus gros des dauphins - celui qui était en bas à droite du groupe mais que vous ne verrez jamais - vint poser son nez dans ma main et cliqueta:”Aujourd'hui sera le plus beau jour de ta vie”.

Si je comprenais la langue dauphin... alors je devais pouvoir la parler!

Plus beau que tout ce que j'ai déjà vécu?” demandai-je dans un dauphinois hésitant.

La Chose avait l'air de me comprendre puisqu'elle siffla:”Bien plus beau”.

 Plus beau que les câlins de mes parents?” insistai-je dans un dauphinois approximatif.

Bien plus beau” gloussa le dauphin avec une petite pointe d'agacement.

Je sais que chez le dauphin ailé, la petite pointe d'agacement se dresse à la base de la nageoire caudale mais je feignis de n'avoir rien remarqué.

 Plus beau que les virées dans la Juva 4 d'Oncle Hubert?” insistai-je effrontément.

Oui, bien plus beau” s'énerva le dauphin qui se fichait pas mal de la bagnole d'Oncle Hubert.

Plus beau que les...”

 Ca suffit!” trompeta le dauphin.

 Je ne souhaite à personne d'entendre trompeter un dauphin qui a le tarbouin dans votre main... c'est insupportable, et ça vous passe l'envie de poser des questions.

Comme je m'excusais - avec toute la délicatesse qu'autorise la langue dauphinoise - La Chose m'intima l'ordre de l'enfourcher.


 

C'était doux et chaud comme quand je montais le percheron du Matthieu, mais sans cette infâme odeur de paille et de crottin.

Je dirai que ça viaunait plutôt les effluves marines, ces relents d'iode et de varech que j'avais découverts en même temps que les côtes sauvages de Quiberon aux dernières vacances d'été.

Es-tu prêt pour la plus belle journée de ta vie?” jappa la Chose.

Les autres dauphins piaffaient d'impatience et les étoiles se mirent à clignoter frénétiquement, un peu comme la guirlande électrique qu'on avait une fois branchée par erreur sur le triphasé!

La Chose toute entière n'attendit pas ma réponse et décolla en deux temps et trois coups de queue.

Cramponné aux ailes battantes, j'eus à peine le temps de voir disparaître le petit rectangle du lavoir et plus loin un groupe stupéfait de fourmis vociférantes.


 

 Cré vain dieu! Le vieux Simonot qui en avait vu d'autres disait vrai!

Je me sentais libre, invincible et je chantais, je criais à tue-tête: “Je vais vivre le plus beau jour de ma vie, plus beau que tout ce que j'ai déjà vécu, plus beau que les câlins de mes parents, plus beau que les virées dans la Juva Quatre d'Oncle Hub...”

Un concert de trompettes me transperça les tympans tandis qu'une nageoire invisible bâillonnait ma bouche jusqu'aux oreilles!

J'étais muselé mais fin prêt pour vivre le plus beau jour de ma vie comme disait le vieux Simonot qui en avait vu d'autres... et vous n'en saurez pas plus.

 

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mes défis du samedi
commenter cet article
20 décembre 2014 6 20 /12 /décembre /2014 22:23

Publié sur le site MilEtUne d'après le cliché de Alberto Di Donato

 

ob_36ef46_toscane.jpg 

 


 

Quand montera sur nous la couette duvetée

des brumes du matin jusqu'à nos yeux rougis,

j'éteindrai doucement la dernière bougie

qui nous tint éveillés bien plus qu'à satiété.

 

Quand le premier rayon bravant la jalousie

sur ton sein turgescent découpera sa lame

revigorant d'un coup une pressante flamme

je n'aurai qu'une envie, jouer les mafiosi.

 

Ne pouvant résister à l'appel de l'aurore

tu quitteras le lit, ma belle florentine

sur ta bouche charnue une moue enfantine.

 

Je viendrai au plus près voir au fond de tes yeux

l'horizon Apennin brûlant de mille feux

et sentir frissonner tes hanches en amphore.

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mille et une histoires
commenter cet article
15 décembre 2014 1 15 /12 /décembre /2014 09:28

Publié aux Impromptus Littéraires en réponse au thème "Indécision"

 

fp092705-0813.jpg

 

 

Il parait que j'ai longtemps hésité entre venir par le siège et par la présentation transverse pour finalement débarquer classiquement c'est à dire par voie basse tout en braillant à tue-tête, ce qui me semble parfaitement contradictoire... enfin, je crois.

J'arrivai ainsi en pleine incertitude dans un monde impitoyable où j'allais m'adonner à une interminable valse-hésitation dont j'hésite à parler ici.

 

Tétine ou téton fut un des premiers choix cornéliens qui me fut proposé alors que je n'aspirais qu'à des joies simples, au rythme d'une trilogie sans surprise: miammiam-dodo-caca.

Pour le bleu ou le rose, on avait déjà choisi pour moi avant même mon expulsion - allez savoir comment - et c'est sans doute la seule fois où j'ai manqué l'occasion de m'affirmer: je voulais du rose!!

Ca doit venir de là, l'expression “se faire avoir comme un bleu”... enfin, je crois.

A ce moment si j'avais su parler j'aurais essayé de transiger pour ne froisser personne: rose et bleu, ça doit être vaguement lilas ou peut-être lie de vin, non?

Lie de vin, c'eut été de circonstance pour un p'tit bourguignon... à moins d'un joli camaïeu de bleu sur fond rose. Bref, peu importe, c'est trop tard, j'ai fait dans le bleu.

 

Pour tout le reste ce ne furent que déchirement, louvoiement, tergiversations à n'en plus finir et quand les “Tu vas te décider, oui?” tombaient comme des couperets, j'optais dans la douleur pour une option que je regrettais dans l'instant... Juliette et pas Manon, chat et pas chien, dessert et pas fromage, Beatles et pas Stones, CGT et pas FO, mer et pas montagne.

 

Je ne sais pas si c'est à cause du manque de rose ou de mon penchant à balancer chaque décision mais un beau matin je me suis retrouvé prof de danse... pas de n'importe quelle danse, j'avais choisi le tango argentin.

Plus exactement on avait choisi pour moi. C'est Juliette qui a choisi, même si j'habite maintenant chez Manon... enfin, je crois. J'aime bien Juliette car elle choisit vite pour elle et encore plus vite pour moi. Du coup je me suis résolu à ne pas choisir. Çaa été difficile à prendre comme décision, mais c'est fait: c'est Juliette qui choisit.

J'aime bien Manon aussi parce qu'elle a un chien, qu'elle aime FO, le chaource et les Stones, mais Juliette dit que tout ça n'est pas bien grave, qu'on a toujours le choix dans la vie même si notre inconscient fabrique souvent notre malheur...

 

Dans mon boulot, rien n'est imposé et ça m'arrange. Une fois les fondamentaux - les basicos - acquis par les aficionados, combinaisons, changements d'axe, chacun fait à son idée.

De toute manière il n'y a pas vraiment de diplôme de prof de tango... enfin, je crois.

J'aime bien Esteban, ses cheveux longs et ses hanches mouvantes, même s'il n'aime ni la CGT, ni le chaource, ni les chats.

Il serait plutôt d'extrême droite, il adore le provolone grillé au barbecue et le dogue allemand.

J'habite un peu chez Esteban depuis qu'il est mon partenaire, mais Manon dit que tout ça n'est pas bien grave... enfin, je la crois.

J'ignore qui a osé dire que “le tango, ce sont des visages tristes et des fesses qui rigolent” car entre Estaban et moi tout rigole quand on danse.

 

Quand je serai trop vieux pour suivre les hanches mouvantes d'Esteban, que je devrai quitter ce monde impitoyable, je voudrais qu'on joue pour moi le tango Della Morte ou la Cumparsita - je ne sais pas - avant qu'on m'incinère ou qu'on m'enterre... enfin, faites pour le mieux.  

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mes textes impromptus
commenter cet article
14 décembre 2014 7 14 /12 /décembre /2014 12:00

Publié sur le site MilEtUne Histoires d'après un tableau de Zinaïda Serebriakova

 


  ob 1220e0 expo-tvdc-yu5x0529

 

 

 

 

Alors venait le temps excitant du potage,

d'un crémeux velouté, d'une bisque rouillée

où mes miettes de pain faisaient du canotage

au risque de gâcher la nappe barbouillée

... bateau-mouche

 

La mère nous servait, les « hommes » tout d 'abord

la petite pestait, nous traitait de veinards

tandis que cabotaient mes croûtons à bâbord

je régnais sur ma grande armada, goguenard

... sainte-nitouche

 

Combien de fois pourtant ai-je pris le bouillon

d'un coup de main sournois de la petite peste?

Je repêchais mon bien, fichu tonnerre de Brest

... à la louche

 

D'un regard bienveillant la mère nourricière

désamorçait le duel, la mêlée meurtrière

où allaient s'étriper meneur et trublion

... croquembouche

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mille et une histoires
commenter cet article
13 décembre 2014 6 13 /12 /décembre /2014 07:00

Publié aux Défis Du Samedi, mais Chuut... ne le répétez pas 

 

octopussy.jpg

 

 

C'est bien connu tous les espions bouffent des micro-films, aussi quand j'ai constaté la disparition de ma cassette VHS de Goldfinger le doute n'était plus permis: une espionne vivait sous mon toit!

J'avais déjà repéré son manège quand elle comptait le nombre de morceaux de sucre que je mets le matin dans mon bol de chocolat... cinq.

J'ai découvert que si je faisais mine de n'en mettre que quatre, elle restait en apnée jusqu'à ce que je mette le cinquième... alors elle détournait le regard avec un profond soupir en faisant mine de s'occuper à autre chose.

S'occuper à autre chose! Elle en est bien incapable, trop occupée à vérifier dans la corbeille de linge sale si mes chaussettes vont par paire, si la lunette des toilettes est indemne de toute projection de mes propres urinations, si j'ai bien rebouché à fond le tube de dentifrice, si je n'ai pas jeté un sac plastique dans la poubelle à couvercle jaune, si je n'ai pas chamboulé sa collection de Barbies qui occupe tout le lit, et coetera et coetera!

 

Si je remarque tout ça c'est qu'elle m'oblige malgré moi à espionner tous ses agissements, alors qu'avant je m'en foutais royalement.

Du coup je l'espionne pour être sûr qu'elle est bien en train de m'espionner. C'est le serpent qui se mord la queue sauf qu'il n'y en a qu'une dans notre couple hétéro, la mienne... et de nos rares moments d'intimité, je sais bien qu'elle ne perd pas une miette, la fureteuse.

J'aimerais bien savoir à qui elle “rapporte” mes faits et gestes, car qui ça peut bien intéresser de savoir que je mets cinq sucres dans mon chocolat?

Pas mon patron, ni le fisc. Un amant, peut-être?

A force de l'observer et de fil en aiguille, j'ai découvert qu'elle prend des cours de filature... j'ai trouvé des courriers en langage codé qu'elle reçoit d'un certain Joseph Jacquard à Lyon, mais j'ai réussi à casser le code: c'est du parler lyonnais!

Si elle croit que je ne la vois pas faire la navette en guettant le facteur; je sens bien qu'il se trame quelque chose.

Humm... et si elle avait un amant?

 

Hier soir alors que je visionnais “Rien que pour vos yeux” et surtout la sublime Carole Bouquet, ne choisit-elle pas le moment crucial de la course-poursuite à ski sur le domaine de la station de Cortina d'Ampezzo pour m'interroger sur une certaine Mélina-qui-laisse-tant-de-sms-sur-mon-portable?

Oui, parfaitement ma psychothérapeute s'appelle Mélina No, et alors?

Les autres disent Docteur No, mais je préfère dire Mélina.

Oui elle m'envoie dix sms par jour mais ça fait partie de mon suivi thérapeutique; ça s'appelle la e-thérapie et ça me coûte assez cher comme ça pour ne pas avoir en plus à supporter ses interrogatoires.

Onze sms, pas dix! Elle les a comptés la fouineuse mais je ne polémiquerai pas là dessus.

 

Si j'avais su qu'un jour, moi Jacques Bonde j'accepterais de prendre pour épouse Mattea Harry ici présente pour qu'elle bouffe mes cassettes VHS et me cherche des embrouilles à propos de ma psy...

Elle s'imagine que je n'ai pas repéré la petite webcam incrustée en haut de l'écran de l'ordinateur portable qu'elle m'a offert pour mon anniversaire! J'ai beau y mettre du feutre noir dessus, la vicieuse y passe l'éponge tous les jours.

Je sais que vous ne le croirez pas mais de temps en temps elle met des yeux dans mon potage et ça me coupe l'appétit.

Notre siamois, Octopussy me regarde faire la gueule devant mon assiette... je sais qu'il est dans la combine, l'espion aux pattes de velours.

Si je pouvais le “retourner” celui-là, j'en apprendrais de belles, mais j'aime pas faire mal aux chats, d'autant qu'elle l'a payé une fortune: pensez-donc, un chat équipé de lunettes de vision nocturne à illuminateur infrarouge!

Heureusement Mélina sait tout ça et sans elle, je ne sais pas ce que je ferais face à cette barbouze qui vit sous mon toit.

Tiens justement, un nouveau sms de Mélina: “Vivre et laisser mourir pour 400 euros”.

Ça doit être mon nouveau programme en dix séances et vu ce que ça coûte, je sens bien que ça va marcher!

 

 

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mes défis du samedi
commenter cet article
8 décembre 2014 1 08 /12 /décembre /2014 17:48

Publié aux Impromptus Littéraires sur le thème: J'ai dix ans 

 

la_guerre_d_algerie_077.jpg

 

 

Tous les jours avec mes parents et ma grande sœur on rend visite à la voisine qui habite sur le même palier que nous.

C'est pas loin et surtout y'a la télé.

Papa dit qu'un jour on en aura une grosse - pas une voisine, une télé - quand ils augmenteront la solde.

Chez la voisine c'est tous les jours pareil : le bébé tète sa mère et on voit le général Massu et tout plein de parachutistes, mais en noir et blanc à cause du camouflage.

Qu'est ce que ça peut picoler un bébé ! Ça doit être pour ça que la maman pleure tout le temps.

Ma mère a dit tout bas que le papa a été  saigné dans une embuscade  et qu'il faut pas faire trop de conneries ici... pour respecter sa mémoire.

J'ai pas compris grand chose mais je m'assois et je regarde le journal télévisé de la RTF ... Massu, Bigeard, Salan et un petit peu le sein blanc de la maman qui pleure en silence.

La RTF montre des endroits bizarres avec des noms pas comme chez nous : Blida, Sidi Bel Abbès, Mostaganem.

Les copains disent Poste-à-galène et je sais toujours pas pourquoi y se marrent.

La maman, elle rigole pas à cause du bébé qui mord son sein blanc et qui lui fait les yeux tout rouges.

 

Aujourd'hui on n'a pas eu droit à la guerre.

Pas parce qu'ils ont arrêté de se saigner mais parce que les russes y z'ont balancé un clébard dans l'espace avec un Spoutnik.

Y disent que la chienne s'appelle Laïka et le chef des russes Croûte Chef.

J'aurais pas dû dire que ça ressemble à un nom de casse-dalle : ça a fait rire personne.

Les russes aussi y z'ont leur guerre mais elle est froide alors que l'autre forcément à Mostaganem elle est plus chaude.

Nous, on en a eu une grosse aussi mais c'était avant que je soye né.

Papa pense qu'un clébard dans l'espace ça peut faire oublier toutes ces horreurs... il appelle ça noyer le poisson !

C'est poilant comme expression alors je l'ai notée dans mon carnet pour servir plus tard.

Après j'ai appris plein de choses utiles comme par exemple pourquoi que les russes ont choisi une chienne plutôt qu'un chien (une chienne plutôt, c'est poilant à cause du dessin animé).

Et ben c'est parce que les chiennes lèvent pas la patte pour pisser et que ça prend moins de place dans la cabine. Ça permet d'emporter plus de gélatine pour nourrir le clebs et forcément c'est autant de place en plus pour ses crottes.

J' aimerais bien avoir une chienne pour mon anniversaire et papa dit qu'on en aura une grosse quand ils augmenteront la solde.

Aujourd'hui pour une fois le bébé ne tétait pas mais la maman pleurait toujours, même quand elle m'a dit « Joyeux anniversaire ! ».

J'ai dix ans, et je viens de vivre une sacrée journée (*).

 

(*) 3 Novembre 1957

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mes textes impromptus
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 18:30

Publié sur le site MilEtUne Histoires d'après l'illustration:

 

 

  ob_215edb_7112767.jpg

 

 

 

Qu'est ce que vous avez à m'regarder comme ça ?

Z'avez jamais vu une puce équipée d'une puce RFID ?

Oui, j'comprends qu'la première fois une puce sur une puce ça fasse un peu olé olé, mais réveillez-vous ! On est au vingt et unième siècle, Merde !

Moi aussi j'aurais préféré une puce sous-cutanée comme pour les chats mais c'était pas possible, et puis une puce sous une puce sur un chat, ça commencerait à faire un gros sandwich !

Alors ? Qu'est ce que vous dites de ça : antenne UHF à 960 MHz et puce en silicium, le tout pour 0.5 milligrammes de plus sur le dos ! C'est pas d'la high tech, ça ?

 

Comment ça, ça sert à rien?

Z'avez jamais entendu parler d'la traçabilité ?

La tra-ça-bi-li-té c'est un machin qui sert à savoir d'où vient l'cheval qu'était dans vot' bifteck haché.

Un jour viendra où chaque organisme vivant sur Terre aura sa puce d'identification, même vous ! SI !!!

Par exemple mon identifiant à moi c'est « 01 – 0 000 A89 – 000 16F – 000 169 DC0 ».

Oui, j'comprends qu'la première fois ça fasse bizarre ! Tout l'monde peut pas s'appeler Daniel ou Christophe non plus »

Dans ce foutoir, mon p'tit nom c'est « 000 169 DC » mais les potes m'appellent Daniel Christophe 169.

Et puis le 16F veut dire que j'suis une puce du chat... le F c'est pour Félin, c'est pourtant facile à comprendre, tout comme C pour Chien, R pour Rat et P pour Homme.

Comment ça, Homme ça prend pas de P ?

Pour l'homme et la femme y z'ont choisi P pour Parquet ou Plancher... c'est pour vous rassurer mais j'sais bien que ça veut dire Piqures.

Comment ça l'électronique ça marche jamais?

Le jour où vous m'confondrez avec un rasoir Gillette à 3 lames ou bien un fût de bière, vous pourrez parler d'bug !

En attendant, j'suis une puce de chat, j'm'appelle Daniel Christophe 169 et j'vous emm...

Euhhh... S'cusez-moi, j'me suis un peu emporté. J'voudrais pas m'faire taxer d'impolitesse.

Oui... on est surveillés. C'est l'mauvais côté d'un système qui a un impact réel sur notre vie privée, mais que voulez-vous... on n'est qu'des puces. On peut sauter sur qui on veut, comme on veut et quand on veut mais on doit rester correct.

Enfin, vous verrez bien quand vous en aurez une sous la peau !

 

Si c'est gênant à porter ?

Au début ça gratte un peu, comme... une puce sur un chat ! Non, j'déconne !

Un demi- milligramme pour une puce d'un gramme ça doit faire le même effet que quand vous sortirez de table après l'réveillon !!

Comment ? Si vos chats ont des potes à moi sur eux ?

Z'avez qu'à acheter un lecteur de puce RFID ! J'suis pas du genre à balancer les copains.

Si c'est plus cher qu'un anti-puces en animalerie ?

Vous confondez vraiment tout ! Moi, j'vous parle de la dernière norme GEN2 Version 2.0 : sécurité, cryptage, anti-contrefaçon, gestion de fichiers et tout l'toutim.

C'est quoi le toutim ?

Laissez tomber... vous pouvez pas comprendre. S'cusez-moi maint'nant, j'ai mon chat qui m'attend.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mille et une histoires
commenter cet article
6 décembre 2014 6 06 /12 /décembre /2014 07:00

Les Défis Du Samedi auraient trop de travail le dimanche si on procrastinait le travail... alors, pas une seconde à perdre!  

 

th-copie-1.jpg

 

- Allumer le Soleil, c'était pas qu'un luxe (le plein soleil vaut 100 000 luxs soit environ 100 000 lumen au mètre carré) vu qu'on n'y voyait que dalle sur Terre.

- Remplir le fond des mers avec de l'eau salée pour faire barboter les vacanciers et mettre de l'eau fade dans les nuages pour emmerder les mêmes vacanciers, c'était assez jouissif.

- Ajouter de la végétation pour y planquer des tigres, des reptiles, des moustiques tigre, enfin des tas de bestioles... c'était délassant.

Mais lâcher des piafs dans les cieux, ça commence à bien faire et des baleines dans la mer, c'est assez!” maugréait Le Tout Puissant. Pour un peu, ça tournait au calvaire!

 

Alors quand il s'est agi de créer les deux zigotos, le Tout Puissant eut un coup de mou, une sorte de grosse flemme, comme une envie de remettre à deux mains ce qu'il savait faire d'une seule, un truc indéfinissable qu'il mit du temps à interpréter.

Ainsi donc lui vint 'pro' qui veut dire en avant et puis 'crastinus' qui veut dire demain.

Au risque d'y perdre son latin, il créa procrastinus et il vit que c'était bien. Pour la première fois il se mit donc à procrastinationner.

C'était bizarre ce nouveau verbe - d'ailleurs il remit à plus tard l'essai de l'imparfait du subjonctif - mais en même temps ça le rendait tout léger, tout guilleret.

Un ange ou un démon - il n'avait pas encore expérimenté la différence - lui soufflait que ces deux loustics pouvaient bien attendre et que personne n'en saurait rien, vu qu'il n'y avait personne. Alors il baptisa ce jour là 'Samedi'... ce fameux jour qui remplit les supermarchés (avant on disait Mammouth) et vide les comptes courants.

 

IL n'en était encore qu'au sixième jour d'une semaine qui devait en compter sept avec ce fameux 'Jour de Lui-même' ou jour du Seigneur qu'il était bien décidé à passer sous la couette (un machin rempli des plumes des piafs qui tombaient du ciel).

 

Au diable l'agenda (agenda, agendus, agendum en latin et planning, planning, planning en anglais)!

Qu'est-ce que ça pouvait bien foutre qu'Adam et sa greluche naissent un dimanche plutôt qu'un samedi?

Ils auraient tout le temps de s'empiffrer de pommes, de poires ou de scoubidum et d'aller forniquer Caïn-caha... et faire tous ces trucs dont j'ai déjà parlé maintes fois et que je ne répéterai pas.

Vous n'aviez qu'à suivre!

En différant la conception des deux zigotos, il retardait d'autant la création d'un tas de machins tous aussi chiants et pas catholiques les uns que les autres comme le slip kangourou, les charentaises (non, pas les charentaises), le rouge à ongles, le fer à friser, le canard vibrant et Closer.

 

Le Tout Puissant procrastinait et il vit que c'était bien, ma foi.

Alors il institua une journée mondiale de la procrastination qui tomberait le 25 Mars, jour de la fête nationale de la Grèce dont le monde entier se fiche pas mal sauf les grecs.

Puis il eut cette phrase malheureuse: “Demain, j'arrête de procrastiner” qu'il regretta aussitôt puisque le lendemain tombait le 'jour de Lui-même' c'est à dire le jour du Seigneur consacré à dormir sous le machin rempli de plumes et caetera...

 

Par sécurité - du latin Sécuritas ou télésurveillance - il inventa la précrastination qui vient de 'pré' et de 'crastinus' et qui veut dire Fissa ou Pronto.

Il décida d'en tester plus tard les effets sur la greluche en la mettant au pied d'un pommier, d'un poirier ou d'un scoubidoutier, enfin il verrait ça plus tard... et puis si ça ne se passait pas comme prévu, il serait toujours temps d'inventer la sérendipité - serendipity en anglais - qui est l'art de découvrir les choses sans le faire exprès, comme les sels de bain d'Archimède, la pénicilline, la tarte tatin, la fourchette en inox ou l'aspirateur sans sac!

 

Il vit que c'était bien et que ça suffisait pour un samedi, et comme c'était la croix et la bannière pour se garer devant le Mammouth, il éteignit le Soleil... il n'y avait pas de petites économies.

 

Pour moi aussi, ça suffit pour aujourd'hui...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Published by Vegas-sur-Sarthe - dans Mes défis du samedi
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Vegas-sur-Sarthe
  • Le blog de Vegas-sur-Sarthe
  • : Même grasse, la risette du Mans n'a jamais fait de mal à personne (Vegas sur sarthe) . Parce que "Ne rien dire, nuit gravement à la santé", voici mon actualité d'un jour, mes écrits, mes participations aux ateliers d'écriture. Entre la Route de la rillette et Las Vegas Boulevard, le petit monde d'un papi qui s'amuse !
  • Contact

Recherche